Repenser la consommation de plastique au Vietnam

La pollution plastique est l'un des problèmes les plus importants dans le monde. Au Vietnam, on parle de "pollution blanche" : des montagnes de déchets s'accumulent. Il est temps de repenser la consommation de plastique au Vietnam. 


Selon de récentes statistiques du Ministère Vietnamien des Ressources Naturelles et de l'Environnement (MRNE), la quantité de déchets plastiques au Vietnam est estimée à 2 500 tonnes par jour. Ho Chi Minh Ville rejette à elle seule environ 80 tonnes par jour. En Asie, le Vietnam est l'un des cinq pays où les émissions plastiques dans la mer sont les plus élevées. La Chine, l'Indonésie, les Philippines, la Thaïlande et le Vietnam déversent chaque année plus de 4 millions de tonnes de plastique dans les océans. 


Le pays est responsable de la pollution plastique mais souffre également de son impact sur l'environnement. Le Ministère de l'Environnement se consacre à la lutte contre ce fléau. L'année dernière, il a lancé le mouvement national "Anti déchets plastiques" pour changer le comportement des consommateurs et les encourager à utiliser des produits biodégradables et limiter leur consommation de plastique au Vietnam. Par exemple, de nombreuses villes et provinces ont lancé la campagne "Non au plastique à usage unique" et mettent en œuvre la collecte des déchets par des volontaires.


"Le Vietnam s'est engagé à travailler avec la communauté internationale pour mieux gérer la consommation de plastique, minimiser et éliminer progressivement les produits à usage unique. Le pays veut devenir l'un des pionniers de la croissance verte et de la résolution du traitement des déchets en mer", a déclaré le ministre Trân Hông Hà.


Les chaînes de supermarchés font partie des précurseurs du combat contre la consommation de plastique au Vietnam. Saigon Co.op utilise des feuilles de bananier pour emballer les légumes. Ces emballages ont été testés dans un magasin dans le D7 à Ho Chi Minh Ville. Les clients soulignent l'avantage des feuilles de bananiers qui maintiennent la fraîcheur des légumes sans influencer leur qualité. Dans un magasin Vinmart dans le D2 à Ho Chi Minh Ville, les clients peuvent bénéficier d'un rabais de 1 000 VND pour chaque achat de plus de 50 000 VND s'ils n'utilisent pas de sacs plastiques. La chaîne Big C remplace les sacs en plastique par des sacs réutilisables et biodégradables. Chez Lotte Mart, l'emballage des aliments cuits est fabriqué à partir de résidus de canne à sucre.


A Thao Dien (D2, Ho Chi Minh Ville), nous avons voulu mettre en avant les restaurants et cafés qui limitent leur consommation de plastique au Vietnam.


Pendolasco , un restaurant italien, a éliminé l'utilisation de plastique dans le cadre de ses livraisons. Effectivement, les emballages sont principalement des boîtes en carton et l'enseigne offre des sacs réutilisables. Certains de leurs plats livrés (lasagnes par exemple) sont servis dans des assiettes en terre cuite que les clients peuvent rapporter au restaurant. Les pailles sont également faites en papier. Le gérant du restaurant nous a expliqué que son équipe et lui ont commencé à trouver des solutions pour limiter l'utilisation de plastique lorsque les clients sont devenus plus sensibles à cette mauvaise pratique. Depuis plusieurs années, il est témoin d'une évolution de la conscience des individus quant à la gestion des déchets au Vietnam, grâce notamment à l'éducation des jeunes.


Jaspas , un restaurant occidental, a mis en place différentes mesures pour limiter la consommation de plastique au Vietnam : les emballages de livraison sont en plastique réutilisable et recyclable et les pailles sont en papier. Tous les déchets sont triés selon une loi vietnamienne. Depuis 6 mois, le manager constate une véritable révolution dans la prise de conscience de la consommation de plastique au Vietnam. Par exemple, il est aujourd'hui plus aisé de trouver qu'auparavant des fournisseurs offrant des pailles en papier à bas coûts.


Depuis le 1er janvier 2019, les magasins Starbucks au Vietnam ont réduit au minimum l'utilisation de pailles en plastique et autres articles en plastique à usage unique. L'enseigne encourage fortement s ses clients à ne pas utiliser de plastique s'ils n'en ont pas besoin (utiliser un verre au lieu d'une tasse à usage unique, par exemple). Le manager du Starbucks de Thao Dien assure qu'il est compliqué de ne pas utiliser de plastique, mais qu'il est au moins possible de changer pour des matériaux recyclables. Cela semble plus facile pour les marques mondiales que pour les marques locales. Cependant, au Snap Café , le plastique est banni depuis un an. Le café, situé dans la rue Tran Ngoc Dien, ne fournit que des pailles en papier et aucun plastique n'est proposé pour les boissons à emporter.

© 2020 by RelocationVietnam